Un samedi pour conter : pour compter sur un samedi…

pour_compterUn Samedi pour Conter

Les meilleures choses ont une fin. La bonne nouvelle est qu’elles ont eu aussi un début, et donc qu’elles ont existé. Et elles restent, là, toutes neuves, dans nos mémoires et nos savoir-faire…

Je remercie chaleureusement tous ceux qui ont écrit des lettres de soutien et qui ont témoigné de leur lien à cette manifestation.

J’ai envie aussi de tirer mon chapeau à mes deux amies et collègues, Élisabeth et Odile, dont le talent et la bonne humeur au service d’Un Samedi pour conter ont grandement contribué à son succès et à sa longévité.

Un Samedi pourrait continuer. Le public est là, les conteurs aussi. Les organisateurs aussi. Alors qui manque-t-il ?
Le banquier, le décideur, l’hébergeur. Je m’explique…
Nous avions fait notre nid à l’Espace Jemmapes, grâce à Gérard Caballero le directeur artistique de l’époque. Nous avions, grâce à lui qui avait fait une demande de subvention spécifique, le soutien de la Région. Or le directeur a changé, la Région a changé de bord, et il semblerait que les priorités « artistiques » aient changé aussi. Nous ne bénéficions plus du soutien de la Région, qui permettait de payer les artistes avec un cachet fixe.

Durant neuf ans — un cycle : 9, symbole de la gestation, de la mue, du recommencement — nous avons accueilli avec grand plaisir une centaine d’artistes, presque exclusivement des conteurs et conteuses, qui ont réussi le défi de présenter en quatre heures d’atelier un concentré de leur pédagogie et de leur art, et de présenter un spectacle dans la foulée. Qu’ils soient vivement remerciés pour leur talent et leur endurance, car il faut le faire !

Nous avons connu des cycles (conter sa culture ou celle de l’autre, le conteur et ses racines, le conte et les autres arts, le conte en tant qu’instrument initiatique…), nous avons exploré de multiples facettes du conte, admiré ce diamant qui renouvelle sans cesse sa lumière et ses reflets…

Un Samedi pour conter s’achève à l’Espace Jemmapes. La fleur s’est détachée de l’arbre. Porte-elle une graine qui sera capable de germer en une autre terre, peut-être plus sûre et plus pérenne ?

Nous l’espérons, et, si cela arrive, nous le crierons bien fort et nous vous attendrons !

Nathalie Leone

——-

Source des images : empruntées à Wikimedia Commons, Jules Vernacular, L.G. et quelques autres…

Tagués avec : , , ,
6 commentaires sur “Un samedi pour conter : pour compter sur un samedi…
  1. marbre dit :

    Merci à nos amis et amies fidèles d’Un samedi pour conter pour leurs messages de soutien et témoignages de la belle aventure qui prépare doucement son prochain printemps. Superbe pleine lune cette nuit, gardons le contact et plein d’amitiés. L’équipe de Nathalie L.

  2. bobeau dit :

    Je me joins aux commentaires précédents pour dire combien j’ai apprécié ces rencontres et l’esprit dans lesquelles elles avaient lieu.
    Moi aussi, je pense qu’elles auront une suite.
    En tout cas, je l’espère fortement.
    Alors, gardons le contact…..

  3. Francis Limacher dit :

    Il était une fois…..réverbéré sur les ondes douces et vertes du Canal de l’Ourcq…..l’écho de milliers de voix filant histoires et rêves…..dans l’air
    de Paris…….

    Puisse un souffle…..merveilleux et généreux……illuminer à nouveaux….
    ce feux d’images et de sons bigarrés……..

  4. Astie Claude dit :

    Voilà une nouvelle qui assombrit ce samedi matin!J’attendais et guettais avec impatience la reprise de ces rdv avec le conte et les artistes. Ces rencontres et partages à l’Espace Jemmapes me permettaient de rester en lien avec cet Art vivant.J’espere avec toi Nathalie et tous les amis d’un samedi pour conter que l’automne sera propice à la germination de nouvelles propositions favorables à l’épanouissement d’un bel arbre à paroles au pied duquel nous aurons l’immense joie de nous rassembler à nouveau! Grand Merci Nathalie

  5. jeudy hélène dit :

    Malheureusement cela ne m’étonne pas Nathalie , au vu de fameux critères de rentabilité peut être ou de nouveauté ou de je ne sais quoi. Ce que je sais par contre c’est que oui au plaisir de repartager ce genre d’évènements , que cela a existé et laissé de tr§s belles et fortes traces , que tout renait de ses cendres et que ce qui dort rêve et se réveille avec de nouveaux horizons et que nous devrons de plus en plus prendre en main ( en tant que citoyens ) des projets qui nous portent , sans forcément passer par des attachés culturels , diplomatiques , attachés case , attachés à je ne sais quoi . Alors , moi aussi qui me bat pour faire ce que j’aime et dans mon boulot et dans le temps « libre  » qui me reste , et bien je serais là comme je pourrai , car avec toi et cette belle équipe , ce bel échange avec moult conteurs , donc pout finir avec ce beau nous le voyage était assez merveilleux , chaleureux , généreux à l’image des valeurs et des histoires que tu portes et qui te porte tout aussi d’ailleurs . VOIla , à bientôt donc , et tines nous au coyrant . Et merci . Semha

  6. Galliot dit :

    C’est une volonté de faire,c’est une aération de conter,c’est une joie d’espérer.
    Les contes trouveront la prochaine trajectoire d’un samedi pour conter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

dix-sept − 14 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.