une leçon de vocabulaire sur le cri des animaux

J’ai retrouvé chez un bouquiniste un livre tout simple, un de ces livres dits régionalistes (passéistes, diront certains) qui, dans un français hors du commun tellement il est précis, imagé, juste… en un mot : poétique, conte, décrites par un passionné, des « scènes de la vie en Limousin et en Périgord vert ». Ce passionné, ancien instituteur puis député du Val de Marne, c’est Fernand Dupuy, enfant du pays.

Écoutez-le, ce vieil instit’, donnant à ses petits enfants une leçon de vocabulaire sur les cris des animaux.

Tu le sais, bien sûr depuis longtemps, le coq chante, cocorico, la poule caquète, le chien aboie quand le cheval hennit et que beugle le bœuf et meugle la vache, l’hirondelle gazouille, la colombe roucoule et le pinson ramage. Les moineaux piaillent, le faisan et l’oie criaillent quand le dindon glousse. La grenouille coasse mais le corbeau croasse et la pie jacasse. Et le chat comme le tigre miaule, l’éléphant barrit, l’âne braie, mais le cerf rait. Le mouton bêle évidemment et bourdonne l’abeille. La biche brame quand le loup hurle. Tu sais, bien sûr, tous ces cris-là mais sais-tu ? Sais-tu ? Que  le canard nasille – les canards nasillardent ! Que le bouc ou la chèvre chevrote. Que le hibou hulule mais que la chouette, elle, chuinte. Que le paon braille, que l’aigle trompète. Sais-tu ? Que si la tourterelle roucoule, le ramier caracoule et que la bécasse croule, que la perdrix cacabe, que la cigogne craquète et que si le corbeau croasse, la corneille corbine et que le lapin glapit quand le lièvre vagit. Tu sais tout cela ? Bien. Mais sais-tu, sais-tu ? Que l’alouette grisole, Tu ne le savais pas.

2737Et peut-être ne sais-tu pas davantage que le pivert picasse. C’est excusable ! Ou que le sanglier grommelle, que le chameau blatère et que c’est à cause du chameau que l’on déblatère ! Tu ne sais pas non plus peut-être que la huppe pupule. Et je ne sais pas non plus si on l’appelle en Limousin la pépue parce qu’elle pupule ou parce qu’elle fait son nid avec de la chose qui pue.
Qu’importe ! Mais c’est joli : la huppe pupule ! Et encore sais-tu ? Sais-tu que la souris, la petite souris grise, devine ! La petite souris grise chicote. Avoue qu’il serait dommage d’ignorer que la souris chicote et plus dommage encore de ne pas savoir, de ne pas savoir que le geai, que le geai cajole ! Sais-tu que la mésange zinzinule! Comme la fauvette d’ailleurs.

L’ouvrage de Fernand Dupuy (1917-1999), intitulé L’Albine : scènes de la vie en Limousin et en Périgord vert, publié pour la première fois en 1977 chez Fayard, a été réédité en 1979 et 2001.
Faire suivre ! sinon nous oublierons cette belle langue dont nous ne savons plus grand chose.

———
Glane par L.R.

Tagués avec : ,